Rechercher
  • Christine Alexandre

Utilisez-vous le bon carburant pour aller vers le changement ?

Il se peut que ce soit une volonté de changement intérieur : vouloir par exemple être mieux avec soi.

Ou peut être un changement extérieur : créer quelque chose, accomplir, changer certains paramètres de votre vie. Ou encore relationnel, améliorer votre rapport aux autres, trouver votre place, un certain équilibre ou prioriser certains éléments dans vos relations.


A certains moments, vous sentez qu’enclencher ces changements semblent une montagne qui s’élève devant vous et qu’il faut gravir. Pourquoi ?


Vous allez probablement vous souvenir d’événements passés qui n’ont pas fonctionné, de mauvais souvenirs et vous pensez abandonner ces changements car cela vous semble trop compliqué, trop difficile.


La raison pour laquelle on hésite à enclencher l’énergie pour aller vers ces changements c’est parce qu’on utilise le mauvais carburant, la mauvaise énergie. C’est comme si vous mettiez de l’eau dans le réservoir de votre véhicule pour avancer. Et vous ne risquez pas de démarrer ….


La bonne énergie consiste à mettre le bon carburant, c’est-à-dire la raison et l’état d’esprit dans lequel on va vers ce changement.


Si ce n’est pas le bon carburant, on adopte une vision négative de soi et ou du changement. On utilise une énergie de répulsion. Plus on utilise cette énergie négative, plus on ressent un sentiment d’urgence, d’impatience.

Donc, une déconnexion de là où en en est se présente. Vous passez, alors, à côté des petits progrès que vous pourriez faire et vous vous fixez la ligne d’arrivée qui semble rapidement inaccessible.

Elle vous empêche de voir ce qui est appréciable, ce qui est utile pour voir où vous en êtes réellement.

Et voici la honte et la déconnexion qui s’annonce. Vous passez alors votre temps à voir que vous n’êtes pas à la hauteur, nul, et encore…..

Tous ces aspects de vous qui vous dérangent et qui renforcent votre croyance que vous n’y arriverez pas.

Vous passez alors à côté de ces ressources que vous avez en vous, sur lesquelles vous pourriez construire la version suivante améliorée de vous, de votre vie, de vos relations.


Mais comment savoir si vous abordez le changement avec le bon carburant ?


Ressentez l’émotion qui vient et prenez le temps de la percevoir et voir ce qu’elle vient vous dire.


Un émotion d’impatience, de frustration, de culpabilité, de honte !


Ce climat émotionnel vous conduira à deux réactions :


-L’abandon, car le climat émotionnel est pénible.


-L’épuisement, car vous pensez qu’en fournissant plus d’efforts vous allez pouvoir échapper à cette émotion.


Donc ce n’est pas le changement qui est difficile, c’est votre expérience du changement avec une utilisation du mauvais carburant.


En profitant de votre expérience, en appréciant le processus de changement, sans cette sensation d’urgence tout en choisissant de les amorcer pour vous, pour la vision que vous avez de votre propre vie.


En somme, curiosité et connexion à soi sont les meilleurs carburants.




22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout