Rechercher

Grrrrr ......stop au mot échec !



Il n’y a pas d’échec en soi….il y a des situations perçues comme une pause d’inspiration.


Il n’y a d’échec que dans la façon de voir, de percevoir, de concevoir…..


C’est une leçon pour apprendre, en chaque échec il y derrière une victoire en phase préparatoire. Il y a un apprentissage, on se découvre de nouvelles ressources.


Mais l’échec n’est pas important avec le temps. Bien sûr sur le moment l’échec est notre pire ennemi, mais il faut y voir une expérience.


Et comme toutes les expériences, c’est en faisant des erreurs que l’on apprend le plus souvent. Rien ne vaut l’expérience, rien ne vaut ce désespoir au fond de soi, cette douleur insurmontable pour faire jaillir de nouveau la volonté, la détermination qui nous amènera la prochaine fois à une réussite certaine.


Et ensuite viennent …

Les réussites celles que l’on savoure, que l’on déguste sont celles qui nous ont demandé le plus d’effort. Si l‘effort n’est pas obligatoire, alors la réussite n’a pas de goût, elle est insipide. Si elle ne a pas coûté en énergie, sommeil, sacrifice, volonté parfois, la réussite ne devient alors qu’un aboutissement heureux, qu’une issue normale, qu’une fin attendue et non espérée. Alors que la réussite, c’est le succès, le but enfin atteint, l’objet tant convoité, l’acte tant désiré est enfin associé à votre personne. Aucune réussite n’est facile, sinon elle perd de sa valeur. Tout effort tempéré, toute volonté exclue … autant d’élément qui enlève à la réussite toute son caractère émotif. La réussite rend ivre de bonheur, et plus il a été difficile à obtenir et plus l’ivresse est intense et savoureuse, surtout après un échec !

En somme, l’échec n’est ce pas le moment idéal pour préparer une prochaine victoire.




20 vues0 commentaire